Exposition « Des chevaux et des mots »

Le cheval, en nous permettant de nous fondre dans son âme, nous fait pénétrer dans une dimension de liberté, de hors temps donc d’infini.

Démarche de l’œuvre peinte de Chrismoz sur l’œuvre équestre de Bartabas

 Après les rencontres successives de l’œuvre poétique d’André Velter, de l’œuvre photographique d’Antoine Poupel sur l’œuvre équestre de Bartabas, une certitude s’est très vite imposée avec force et passion : celle de réaliser Bartabas, cavalier mystique, venu d’un lointain universel, sur des supports de pierre et de fer rouillé qui portent déjà en eux la trace du temps.

Le livre de Sophie Nauleau « un verbe à cheval » nous livre l’origine des écrits d’André Velter sur l’art équestre. Il fut touché par un auteur russe Ossip Mandelstam qui, lors d’un voyage en Arménie avait émis le vœu qu’il existe un verbe à cheval.

Dans le même temps, Chrismoz rencontre les écrits de son grand-père Lévon Mozian. Une autre évidence s’impose alors, par rapport à Ossip Mandelstam, André Velter et l’hommage rendu à son grand-père : faire traduire les poèmes d’André Velter en arménien.

De ce fait, des poèmes d’André Velter choisis dans l’ouvrage : « Zingaro, suite équestre » ont été traduits par Anahite Hovakimian et sont inscrits en lettre d’or sur des planches d’ardoise.

Des fragments de ces poèmes sont inscrits à la feuille d’or sur les supports peints de fer rouillé.

 

Remerciements à André Velter, Bartabas, Antoine Poupel pour leur gentillesse et l’accès à leurs oeuvres.

L’ exposition « Des chevaux et des mots en peinture » s’est tenue à la Librairie du Cheval. 21, rue du Sentier – 75002 Paris, du 15 Janvier au 15 Février 2009.